The left needs a better conversation on national sovereignty

This piece was first published by Policy Network on 22 October, and republished by Social Europe on 6 November.

Gone are the days when talking about national sovereignty was associated with backwardness and narrow-minded conservatism. Everywhere in Europe, a section of the left is standing up to reclaim this concept and explain that regaining control over one’s own country’s destiny is a priority. The debate is particularly vivid in the UK and France.

In the UK, Owen Jones popularised the idea of ‘Lexit’ (the left version of Brexit) in July, which prompted reactions by Caroline Lucas and Philip Cunliffe on the Current Moment blog. More recently, Paul Mason dubbed the EU an “undemocratic semi-superstate”. On the account of Greece’s acceptance of a third bailout package and the sidelining of Yanis Varoufakis, Jones argued that the EU was killing national democracy and that there was no space within the EU for progressive solutions. Over the summer, Jones supported Jeremy Corbyn, whose initial ambiguity over EU membership can be seen as another element of the renewed yearning for sovereignty on the left. Since then, the new Labour leader made clear he would fight for a more social Europe from within. Continue reading “The left needs a better conversation on national sovereignty”

Du bon usage de Corbyn : leçons pour la gauche française

Jeremy Corbyn a remporté une victoire éclatante, nette et sans bavure, au Parti travailliste. La page du blairisme semble définitivement tournée. La gauche de la gauche et les « frondeurs » du PS applaudissent, et il n’est pas jusqu’à certains représentants  de la gauche dite « réformiste » pour se réjouir. On a en effet pu lire un ministre du gouvernement signataire de la motion A et chargé de superviser les négociations sur le TAFTA se réjouir ouvertement sur Twitter. Pour la gauche française, tirer de cet événement historique les bons enseignements est crucial en vue de la campagne présidentielle de 2017.

Il s’agit d’abord d’éviter les conclusions hâtives.

Premièrement, sur les valeurs de gauche. Pour beaucoup, la victoire de Corbyn porte un coup mérité à la gauche de gouvernement, qui a fait passer son potentiel électoral avant la défense des idées et valeurs de gauche. Or les sociaux-démocrates et socialistes modérés n’ont jamais prétendu abandonner les idéaux et valeurs de gauche. Ils ont toujours défendu une morale combinant la justice sociale, la générosité, l’ouverture avec des valeurs de travail, d’autorité, de respect de la loi qu’ils pensent également en phase avec les préoccupations de l’électorat populaire. David Cameron a compris l’angle par lequel il attaquerait Corbyn avec beaucoup de succès: celui de la défense des travailleurs, de la « sécurité économique ». Il serait suicidaire pour la gauche d’abandonner ce terrain aux conservateurs.

Continue reading “Du bon usage de Corbyn : leçons pour la gauche française”

Voyage dans le passé ? La tentation Corbyn et la gauche européenne

Version légèrement amendée de l’article paru dans l’édition papier du Monde en date du dimanche 30 août, sous le titre “Au Labour, le phénomène Corbyn est un test pour la gauche démocratique européenne”. Jacques Munier y fait référence dans son Journal des Idées sur France Culture lundi 31 août. 

11951855_10207362923611617_4516615199118096889_n (2)

Il n’a échappé à personne qu’un vent de révolte souffle sur la gauche depuis quelque temps. Dans la plupart des pays d’Europe occidentale, la veille garde social-démocrate est confrontée à l’émergence d’une nouvelle gauche radicale, comme si le populisme longtemps cantonné à droite avait enfin trouvé la clé du succès à gauche. La percée spectaculaire de Syriza (Grèce) et de Podemos (Espagne) pourrait laisser penser que le phénomène est limité aux pays d’Europe du Sud enfoncés dans la crise économique et sociale. Or en Allemagne, Die Linke est désormais à la tête du land de Thuringe. Au Danemark, les partis de gauche alternative ont enregistré plus de 16 % des voix aux élections législatives de juin  2015. La dernière manifestation de ce vent nouveau s’appelle Jeremy Corbyn, un parlementaire anglais de 66  ans, qui pourrait s’emparer du Parti travailliste (Labour Party) à la surprise générale.

Continue reading “Voyage dans le passé ? La tentation Corbyn et la gauche européenne”