Brexit : un accord qui cristallise les mésententes

Interview croisée avec Michael Bret initialement publiée par Atlantico. 

Ce dimanche 25 novembre, les 28 membres européens se réunissaient à Bruxelles en vue de finaliser l’accord de divorce entre Union européenne et Royaume Uni. Comment évaluer le résultat de cette dernière journée d’étape ?

Renaud Thillaye : La signature était en quelque sorte une formalité puisqu’il était clair que les chefs d’Etat et de gouvernement ne réuniraient que sur la base d’un accord finalisé ». Les dernières tractations ont en réalité eu lieu la semaine dernière, et portaient essentiellement sur la Déclaration politique qui servira de cadre à la relation future entre l’UE et le Royaume-Uni (à distinguer de l’Accord de retrait). Le résultat a montré que les 27 avaient clairement la main, par contraste avec Theresa May qui voulait absolument finaliser cet accord pour éviter de se retrouver dans une impasse. Continue reading “Brexit : un accord qui cristallise les mésententes”

Advertisements

The left needs a better conversation on national sovereignty

This piece was first published by Policy Network on 22 October, and republished by Social Europe on 6 November.

Gone are the days when talking about national sovereignty was associated with backwardness and narrow-minded conservatism. Everywhere in Europe, a section of the left is standing up to reclaim this concept and explain that regaining control over one’s own country’s destiny is a priority. The debate is particularly vivid in the UK and France.

In the UK, Owen Jones popularised the idea of ‘Lexit’ (the left version of Brexit) in July, which prompted reactions by Caroline Lucas and Philip Cunliffe on the Current Moment blog. More recently, Paul Mason dubbed the EU an “undemocratic semi-superstate”. On the account of Greece’s acceptance of a third bailout package and the sidelining of Yanis Varoufakis, Jones argued that the EU was killing national democracy and that there was no space within the EU for progressive solutions. Over the summer, Jones supported Jeremy Corbyn, whose initial ambiguity over EU membership can be seen as another element of the renewed yearning for sovereignty on the left. Since then, the new Labour leader made clear he would fight for a more social Europe from within. Continue reading “The left needs a better conversation on national sovereignty”

Du bon usage de Corbyn : leçons pour la gauche française

Jeremy Corbyn a remporté une victoire éclatante, nette et sans bavure, au Parti travailliste. La page du blairisme semble définitivement tournée. La gauche de la gauche et les « frondeurs » du PS applaudissent, et il n’est pas jusqu’à certains représentants  de la gauche dite « réformiste » pour se réjouir. On a en effet pu lire un ministre du gouvernement signataire de la motion A et chargé de superviser les négociations sur le TAFTA se réjouir ouvertement sur Twitter. Pour la gauche française, tirer de cet événement historique les bons enseignements est crucial en vue de la campagne présidentielle de 2017.

Il s’agit d’abord d’éviter les conclusions hâtives.

Premièrement, sur les valeurs de gauche. Pour beaucoup, la victoire de Corbyn porte un coup mérité à la gauche de gouvernement, qui a fait passer son potentiel électoral avant la défense des idées et valeurs de gauche. Or les sociaux-démocrates et socialistes modérés n’ont jamais prétendu abandonner les idéaux et valeurs de gauche. Ils ont toujours défendu une morale combinant la justice sociale, la générosité, l’ouverture avec des valeurs de travail, d’autorité, de respect de la loi qu’ils pensent également en phase avec les préoccupations de l’électorat populaire. David Cameron a compris l’angle par lequel il attaquerait Corbyn avec beaucoup de succès: celui de la défense des travailleurs, de la « sécurité économique ». Il serait suicidaire pour la gauche d’abandonner ce terrain aux conservateurs.

Continue reading “Du bon usage de Corbyn : leçons pour la gauche française”

Brexit ou réforme? L’avenir du Royaume-Uni en Europe

A l’invitation de Landry Charrier, maître de conférence à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, j’ai eu la chance de donner cette vidéo-conférence sur les relations entre le Royaume-Uni et l’Europe jeudi 12 mars.

La video de la conférence est disponible ici.

Parce que vous n’aurez sans doute pas la patience de m’écouter jusqu’au bout, voici les principales réflexions que je développe dans ma présentation. Les étudiants me posent aussi quelques bonnes questions a partir de 1’09’20.

1/ le rapport ambigu de Londres à la construction européenne depuis la Seconde guerre mondiale, par contraste au leadership et au sens de la “co-propriété” franco-allemande: adhésion tardive, Suez, renégociation et référendum de 1974-75, rabais budgétaire, “opt-outs” obtenus à Maastricht… Continue reading “Brexit ou réforme? L’avenir du Royaume-Uni en Europe”

Beyond the national electorate: reflections on the Greek-German stand-off

[Article first published on Policy Network’s website on 13 February 2015 and co-authored by Daniel Innerarity, professor of political philosophy and Ikerbasque researcher at the University of the Basque Country]

The EU’s legitimacy stems from the ability to intervene in national democracies when they have a negative impact on ‘outsiders’ and future generations. This principle should guide thinking over the future of European integration Continue reading “Beyond the national electorate: reflections on the Greek-German stand-off”

A more intelligent conversation on Europe and growth

The left is not getting any credit for the return of a growth-friendly narrative in Europe. There are entrenched reasons why its rhetoric and recommendations fail to convince

This article was initially published on the Policy Network website on 13 November 2014.

The left is not getting any credit for the return of a growth-friendly narrative in Europe. There are entrenched reasons why its rhetoric and recommendations fail to convince

Continue reading “A more intelligent conversation on Europe and growth”

After the European election: reform, not results

This article was first published by Policy Network.

‘EU reform’ may be the mantra of the day, but Europeans want results, not reform. Rather than focusing on procedural and institutional issues, EU leaders should stand ready for real politics

The European Parliament election results have left those who believe in a more united Europe in a state of shock. Yet, a new battle is only starting: how should the 25 May results translate into policy? What can the EU change to start restoring its collapsing legitimacy? Continue reading “After the European election: reform, not results”