Peut-on encore avoir de l’ambition pour l’Europe?

Article publié par la Fondation Jean-Jaurès le 21 février, et qui reprend l’essentiel d’une conférence donnée a l’Institut français de Bonn le 14 janvier dernier. 

I – INTRODUCTION

À l’approche des élections européennes, il est difficile d’être ambitieux pour l’Europe. Même pour ceux qui pensent qu’elle reste un atout essentiel dans la mondialisation, la perception dominante de l’Europe est négative. Dévitalisation démographique, impuissance face au déclin économique, bureaucratie plutôt que démocratie illustrent un constat n’est pas nouveau mais la « polycrise »[1] qui affecte l’Union européenne depuis une dizaine d’années n’a rien fait pour arranger les choses : crise des dettes, crise migratoire, Ukraine, ou encore Brexit. Et les espoirs placés en Emmanuel Macron pour une relance de l’Europe, dans ce qui aurait pu être un « grand bargain » avec Angela Merkel, sont pour l’instant déçus. En décembre 2018, après le coup d’arrêt imposé par les « gilets jaunes » au président de la République, Richard Haas, le président du think tank américain Council on Foreign Relations, résume le sentiment général en parlant d’une « Europe en déroute »[2]. Continue reading “Peut-on encore avoir de l’ambition pour l’Europe?”

Gilets jaunes : La République En Marche doit à revenir à ses inspirations premières

Comme tous ceux qui, venant de la gauche, ont appelé à voter pour Emmanuel Macron en 2017, j’ai été bousculé dans mes convictions par la force inattendue des événements qui ont eu lieu ces dernières semaines. Comment ne pas l’être dans une telle unanimité médiatique ambiante (« il est totalement déconnecté » ; « supprimer l’ISF a été le péché originel », etc.), et devant le spectacle peu rassurant d’un pouvoir improvisant ses réponses au gré des journées d’action? Continue reading “Gilets jaunes : La République En Marche doit à revenir à ses inspirations premières”

Peur, colère et démocratie

Recension de l’essai de Martha C. Nussbaum The Monarchy of Fear: A Philosopher Looks at our Political Crisis, Simon & Schuster, 2018. Article initialement publié par nonfiction.fr sous le titre: “Devons-nous devenir meilleurs pour sauver la democratie?”

En introduction de son nouvel essai The Monarchy of Fear  la professeur de droit et d’éthique à l’Université de Chicago Martha Nussbaum imagine un dialogue avec un contradicteur qui viendrait questionner le bien-fondé de sa démarche : pourquoi accorder tant d’importance aux émotions, quand les problèmes de notre société appellent avant tout de bonnes lois et une bonne police ? Peut-on vraiment faire reposer notre espoir sur la possibilité que les individus deviennent meilleurs et apprennent à maitriser leur peur, leur colère, leur dégout, leur envie? Ces émotions ne sont-elles pas le moteur de l’action publique? Continue reading “Peur, colère et démocratie”