Je suis Charlie: what next?

NB: article publié par Policy Network vendredi 31 janvier dans le cadre du bulletin mensuel “State of the Left“, qui passe en revue la situation politique (et notamment des forces de gauche) dans les principaux pays européens et nord-américains.

imageJanuary’s shocking attacks have undoubtedly left their mark on France, but the long-term political implications are yet to unfold

It is still unclear whether the 7 and 9 January killings in Paris, and the ensuing historical march, will have lasting repercussions on French politics. A remarkable climate of national unity and an unexpected wave of global solidarity immediately followed the attacks. Four million people, including 40 heads of states and governments, marched on Sunday 11 January in Paris to defend freedom of expression and stand up against terrorism and antisemitism. A crossbench Marseillaise was sung in the Assemblée Nationale – a first since 1918. Unsurprisingly, however, intellectual and political divisions quickly resumed. This is not necessarily bad news in a democracy, but it places the president and his prime minister in a very challenging position.

Continue reading “Je suis Charlie: what next?”

Après Charlie : par où commencer ?

Comme chacun je sors quelque peu hébété de cette semaine folle, et je prie mon dieu imaginaire pour que nous en sortions par le haut. Beaucoup d’analyses ont été publiées à chaud, en direct, identifiant avec certitude les causes du mal, ici dans l’Islam et ses représentants, là dans un arsenal juridique et sécuritaire fébrile, ailleurs dans l’auto-censure pratiquée par la presse occidentale. Netanyahou ne s’est pas embarrassé de scrupules pour dire aux Juifs de France : votre foyer est en Israël, alors que ce que sont venus rappeler des millions de personnes est précisément qu’en s’attaquant à des Juifs les tueurs se sont attaqués à la France. On a vu aussi des voix musulmanes, notamment dans les médias britanniques et sur Al Jazeera, mettre très vite en accusation le rejet quasi-officiel dont l’Islam ferait l’objet en France. Continue reading “Après Charlie : par où commencer ?”

Contrôler le Proche-Orient- “A Line in the Sand”, de James Barr

NB: recension parue le 12 decembre sur nonfiction.fr

12121296On attend toujours la traduction en français du livre de James Barr A Line in the Sand. Britain, France and the Struggle for the Mastery of the Middle East, paru en 2011 au Royaume-Uni .Cette enquête historique reste obstinément sur les têtes de gondole des librairies de Londres. Le succès doit bien sûr beaucoup à l’actualité de la crise syro-irakienne, mais James Barr a su transformer un minutieux travail d’archive en un récit haletant tout à fait à la portée des non-initiés. L’auteur, qui évolue davantage dans les milieux politiques et diplomatiques que dans la recherche, n’en est pas à son coup d’essai : en 2006, il avait publié Setting the Desert on Fire : T.E. Lawrence and Britain’s Secret War in Arabia, 1916-18,dont plusieurs chapitres de A Line in the Sand se font l’écho.

A Line in the Sand raconte la guerre larvée que se sont livrées France et Grande-Bretagne au Proche-Orient de 1914, veille du démantèlement de l’Empire Ottoman, à 1948, qui correspond à la naissance de l’Etat d’Israël. Continue reading “Contrôler le Proche-Orient- “A Line in the Sand”, de James Barr”

A more intelligent conversation on Europe and growth

The left is not getting any credit for the return of a growth-friendly narrative in Europe. There are entrenched reasons why its rhetoric and recommendations fail to convince

This article was initially published on the Policy Network website on 13 November 2014.

The left is not getting any credit for the return of a growth-friendly narrative in Europe. There are entrenched reasons why its rhetoric and recommendations fail to convince

Continue reading “A more intelligent conversation on Europe and growth”

Réorienter l’Europe : de quoi parle-t-on?

Je participais à l’audition “Réorienter l’Europe par la croissance” mardi 4 novembre dans le cadre des Etats généraux du PS, aux cotés de la députée européenne Pervenche Berès. Voici la vidéo de la discussion. Mon intervention se trouve entre la 6e et la 28e minutes. Les questions-réponses commencent à la 55e minute.

La thèse que j’ai tente de défendre peut  se résumer ainsi:

Le PS doit clarifier ce qu’il entend par réorientation de l’Europe. Trop souvent, les demandes de changement venues de France suscitent la méfiance de nos voisins, notamment allemands. Il est temps de sortir par le haut d’un dialogue de sourd qui dure depuis 20 ans (sinon davantage) et du mythe paralysant des “fourmis” allemandes et des “cigales” françaises. Continue reading “Réorienter l’Europe : de quoi parle-t-on?”

Le PS et l’entreprise: contribution aux Etats généraux des socialistes (2)

J’ai également rédigé cette autre contribution sur le thème “Entreprise et ré-industrialisation”. Celle-ci a été adoptée après amendements par la section PS de Londres. Voici la version collective publiée sur le site des Etats généraux.

La compétition internationale impose un modèle productif qui repose sur l’innovation, la spécialisation des entreprises, leurs stratégies de développement et d’export. Contre l’esprit de rente et le conservatisme corporatiste, le PS doit être le parti de l’ambition productive et de la mutualisation des risques dans un cadre éthique et de responsabilité sociale et environnementale.

Continue reading “Le PS et l’entreprise: contribution aux Etats généraux des socialistes (2)”

La gauche et la nation : contribution aux Etats généraux des socialistes (1)

download

J’ai soumis la contribution suivante sur le thème « Nation et intégration » dans le cadre des Etats généraux des socialistes (contributions limitées à 2700 caractères, espaces compris!). Je ne crois qu’à moitié à l’utilité d’un tel processus participatif alors que le PS traverse une crise existentielle, et quand on sait que la « synthèse » sera effectuée par un comité de pilotage où les équilibres politiques internes sont soigneusement respectés. En de telles circonstances, il eut été intéressant de sélectionner par tirage au sort un groupe d’adhérents représentant la base pour rédiger la charte finale. Quoiqu’il en soit, PS ou non, la gauche devrait se pencher sérieusement sur la question de l’identité nationale.

Le PS ne doit pas laisser l’idée de nation à la droite et au Front National. Cela suppose d’évoquer la nation non seulement comme groupe de citoyens partageant les mêmes droits et devoirs, mais aussi comme communauté « charnelle » ayant une histoire, une langue, des paysages, des façons de vivre en partage. En effet, la nation est ce qui nous relie et ne peut reposer uniquement sur des principes abstraits. Elle nous fournit une vision commune du passé et de l’avenir, une raison de vivre ensemble. Elle donne du sens à la solidarité nationale, qui est au cœur du projet de la gauche. Continue reading “La gauche et la nation : contribution aux Etats généraux des socialistes (1)”